Menu Fermer

Méningiomes et coronavirus Covid 19

Coronavirus Covid 19 androcur

Les méningiomes et le coronavirus Covid 19 donnent lieu à beaucoup de questions.
Que ces méningiomes soient dus à l’Androcur, le Lutéran ou autre.

Le 15  mars 2020, le Pr Johan Pallud, neurochirurgien à Paris, hôpital Sainte-Anne a donné ces informations :

Etre porteur d’un méningiome ou avoir eu un méningiome n’est pas en soi un facteur de risque d’attraper le covid19.
Etre porteur d’un méningiome ou avoir eu un méningiome n’est pas en soi un facteur de fragilité vis à vis d’une infection à covid19.
Si vous êtes déjà sous traitement par corticoïdes pour un méningiome, il ne faut pas le stopper. La Direction Générale de la Santé est très claire à ce sujet: « Les patients sous corticoïdes ou autres immunosuppresseurs pour une pathologie chronique ne doivent pas interrompre leur traitement, sauf avis contraire du médecin qui les suit pour cette pathologie ».
La décision de baisser le traitement par corticoïdes ou de le stopper doit être prise par votre médecin référent. Il ne faut surtout pas modifier le traitement par vous-même.
Il n’y a pas, à ma connaissance, de données permettant de dire que la chirurgie ou la radiothérapie rend plus vulnérable vis à vis d’une infection à covid19.
S’il n’y a une indication à être traité pour votre méningiome, il convient de décaler le traitement (chirurgie ou radiothérapie). Ceci non pas vis à vis du risque d’infection vous concernant mais pour libérer de la place dans les hôpitaux afin d’aider la prise en charge des futurs patients covid19.
Le cas échéant, le délai de traitement et son possible report sera établi par votre médecin.

Enfin, il convient de respecter les règles sanitaires émises par les autorités pour réduire la transmission du virus. Il convient à ce titre de rester confiner à son domicile le plus possible.

L’ARTC (Association pour la Recherche sur les tumeurs cérébrales) a mis un nouvel article sur son site, pour parler de la conduite à tenir actuellement en cas de tumeurs cérébrales dans le cadre de la pandémie.
L’article et la vidéo sont ici

Méningiomes et Covid 19

Mise à jour le 13 novembre 2020

🛑 Le méningiome n’est pas dans la liste des pathologies à risque concernant le virus Covid-19 (tout comme au premier texte de loi). 🛑

Le diabète, les soucis cardiaques, ou respiratoires, ou encore l’obésité, par exemple, oui, car sont des causes de co-morbidité importantes en cas de forme grave de la maladie.

Liste complète (âge, antécédents, pathologies, etc.) : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042512657

« 1° Etre dans l’une des situations suivantes :
a) Etre âgé de 65 ans et plus ;
b) Avoir des antécédents (ATCD) cardio-vasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
c) Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
d) Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : (broncho-pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
e) Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;
f) Etre atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
g) Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2) ;
h) Etre atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :
– médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
– infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
– consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
– liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;
i) Etre atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
j) Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
k) Etre au troisième trimestre de la grossesse ;
l) Etre atteint d’une maladie du motoneurone, d’une myasthénie grave, de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de paralysie cérébrale, de quadriplégie ou hémiplégie, d’une tumeur maligne primitive cérébrale, d’une maladie cérébelleuse progressive ou d’une maladie rare ».

Pathologies et contexte professionnel :https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/personnes-vulnerables-susceptibles-de-developper-des-formes-graves-de-covid-19?fbclid=IwAR1X_9b2T641OCYFX5CHBacwMcTUT5zEK6hPI7U12JKGKnT75VTuDNFJkyA

Le 16 novembre 2020, le Pr Pallud a rappelé que : pas de sur-risque d’attraper la COVID en lien avec un méningiome et pas de sur-risque de faire une forme grave non plus.

Retrouvez le Pr Pallud, qui opère toujours à Sainte-Anne, répond aux questions de patientes ici
L

Retrouvez les autres articles d’Amavea ici