Menu Fermer

Carole, 48 ans, 1 méningiome de grade 2- Des années de Diane 35-

temoignage androcur

Carole, 48 ans, 1 méningiome de grade 2- Des années de Diane 35-

RAPPEL : Diane-35 est un médicament à base d’éthinylestradiol et d’acétate de cyprotérone (commercialisé en Belgique, France, Suisse, Canada) surtout utilisé pour traiter l’acné chez les jeunes femmes, également utilisé comme moyen de contraception. L’acétate de cyprotérone est la molécule du médicament Androcur

Diane-35 est fabriquée par les laboratoires Bayer depuis 1987.

Témoignage  de Carole

Bonjour a tous

Je suis Carole aide soignante

J ai 48 ans  et je voudrais vous faire part de mon témoignage si cela peut aider certains d’entre vous.
Cela faisait deux ans, avant mon opération, que j avais des vertiges par la suite des céphalées régulièrement, visite chez le médecin traitant. Pour lui ,pas d inquiétude, ce sont des vertiges de Ménière au vu de ses dire
Un soir je me penche pour ramasser un papier et en me relevant, oh la la, je vois des flashs au-dessus de mon épaule pendant bien cinq minutes. Rendez vous pris chez l ophtalmo pour fond d œil qui n a rien donné. De retour chez le médecin je lui explique tout, plus la fatigue qui m envahissait. Je retourne travailler, et me revoilà prise de mots de tête vertiges et de flashs dans les yeux. Une collègue en parle à la pause devant notre médecin de service. « Oh la la, Carole il faut passer un IRM cela peut-être des symptômes de tumeur cérébrale retournez chez votre médecin et dites lui de vous prescrire un IRM et que c est moi qui vous le dit »
Et me voilà repartie, chez mon médecin traitant. De plus par moment j avais l impression d avoir des moments d absences, en fait ce n était pas une impression. IRM fait et le verdict tombe : »Madame il faut retourner voir votre médecin traitant et prendre rendez vous avec un neurologue chirurgien, vous verrez avec votre médecin traitant, vous avez un méningiome occipital deux centimètres sur trois et les trois s enfonce dans vôtre cerveau ».
De retour chez le médecin traitant qui lui me dit ce n est rien un petit grain de beauté, on va appeler Bordeaux. Toujours pas d’arrêt de travail et me voilà a Bordeaux devant le neurochirurgien qui me demande mes mésaventures et qui me dit que les flashs sont en fait des crises d épilepsies partielle, que le méningiome abîme mon cerveau.
Il commence par me dire vous allez prendre du Keppra (un antiépileptique)  et un peu de corticoïde. Interdiction de conduire et là, je lui dis « mais je vais au travail comment? » Il me répond : » Pardon vous travaillez encor la!! » Eh oui, jusqu’à a hier matin .
Il me dit « Bon ne un mois d arrêt et je vous opère après les fêtes de fin d année ».
Opération réussie par le professeur Vigne à Bordeaux. Au bout de six mois l arrêt du Keppra, plus de crise d épilepsies, IRM de contrôle bon , contrôle régulier car c’était un méningiome de type 2 atypique agressif.
Cela fait un an et demi j ai encore quelques pertes de mémoires, une petite perte de vision en bas a droite sur le chant de visions car occipital gauche donc œil droit. J ai repris mon travail en mi temps en mai 2019 et de nouveau a plein-temps depuis novembre2019. J’ ai demandé à changer de service et à aller dans un service plus léger car trop de fatigue, ce qui m’amenait à plus de perte de mémoire et manque de concentration.
Voila, témoignage un peu long mais peut peut-être aider certains.
Prise de diane 35 pendant de nombreuses années la cause sûrement.
Merci a vous de me lire et plein de courage a ceux qui vont vivre ces moments .garder le moral surtout je garde la patate 🤪car je sais qu’il reviendra et je compte bien profiter pleinement des jours qui passent avec les miens, mes amies et encore apporter pleins de sourires et de bien-être à mes patients bises à vous tous.
N’hésitez à me pauser des questions si je peux vous aider.

Carole, 48 ans, 1 méningiome de grade 2- Des années de Diane 35-

Retrouvez les autres articles d’Amavea ici