Menu Fermer

Le Parisien – Informer toutes les femmes sur l’Androcur est essentiel

Après avoir pris ce médicament durant quatorze ans, Emmanuelle a dû être opérée d’une tumeur au cerveau. L’assurance maladie envoie des courriers à 80 000 patients pour les inciter à consulter.

Parmi les choses qu’aime faire Emmanuelle Huet-Mignaton, il y a discuter. Mais sa voix claire, clame, trébuche parfois « des petits bugs » résume la quinquagénaire qui, en plus d’écrire, à dû réapprendre à parler. C’était après l’opération de sa tumeur au cerveau, « grosse comme une orange », décrit-elle. Un méningiome – à ne pas confondre avec un cancer – qu’elle doit vraissemblablement à l’Androcur, un médicament qui lui à été prescrit pendant près de quatorsze ans.