Menu Fermer

La presse de la manche – Alerte contre Androcur et ses génériques

la presse de la manche androcur

La presse de la manche – Alerte contre Androcur et ses génériques

Santé mobilisation contre un traitement hormonal augmentant le risque de tumeur.

LA MOLÉCULE ACTIVE  de ce traitement hormonal vendu sous le nom d’Androcur ou de ses équivalents, est l’acétate de cyprotérone. Comme le confirme l’ANSM, elle augmente le risque de méningiome « en fonction de la durée d’utilisation et de la posologie ».

La prise d’acétate de cyprotérone multiplie par sept, au bout de six mois, et par vingt, au bout de cinq ans, le risque de développer un méningiome.

Un effet qui, dès 2009, a imposé de faire figurer ce risque dans la notice du médicament à compter de 2011. Et pourtant… « On a continué à nous prescrire ce médicament alors que des médecins connaissaient le risque de méningiome. La caisse d’assurance maladie parle de 500 cas, un chiffre bas puisque beaucoup de femmes ont développé un méningiome san ssavoir que c’est lié à Androcur » accuse Emmanuelle Mignation. []

Retrouvez les autres articles d’Amavea ici