Menu Fermer

IRM et produit de contraste

🛑  Pensez Ă  boire beaucoup d’eau aprĂšs une IRM (et impĂ©rativement aprĂšs un scanner) aprĂšs injection d’un produit de contraste ! 🛑

Cette consigne n’est pas donnĂ©e Ă  toute personne passant cet examen, alors autant rĂ©pĂ©ter cette prĂ©caution d’usage ici ! 😊

[L’article se concentre sur l’IRM, mais sachez aussi que le produit injectĂ© pour IRM et scanner n’est pas le mĂȘme. Mais boire aprĂšs un scanner est d’autant plus recommandĂ© !].

📌 Ainsi, on vous demandera au prĂ©alable de prĂ©ciser (souvent par questionnaire, mais rien n’empĂȘche de le rappeler oralement) : si vous avez une insuffisance rĂ©nale, un pace-maker, un diabĂšte (type 1 et 2 varient, le premier veut dire insulino-dĂ©pendant), si vous ĂȘtes enceinte, avez des piercings, etc. 📌

📌 PENSEZ AUSSI AUX TATOUAGES RÉCENTS ! PrĂ©cisez-le et Ă©viter de programmer les deux de maniĂšre trop rapprochĂ©e (histoire d’encres et substances qui peuvent s’y trouver). 📌

📌 PENSEZ AU MAQUILLAGE DES YEUX ! ÉVITEZ ! Certains vieux machins ou de mauvaises qualitĂ© peuvent contenir des trucs mĂ©talliques (on sent la pro, hein ?! đŸ„Ž) qui pourraient ĂȘtre gĂȘnants (non, vous ne finirez pas aveugles pour autant !).

Il y a une raison derriÚre chacune des informations demandées.

Le cotĂ© mĂ©tallique, c’est pour vous Ă©viter de vous transformer en boule Ă  facettes dans l’appareil (vous avez dĂ©jĂ  mis par erreur de l’aluminium sur un plat au micro-ondes ? Bah voilĂ  ! 😅).

Le reste, questions de sĂ©curitĂ© pour vous, quand concerne des appareillages installĂ©s qu’on ne veut pas dĂ©rĂ©gler ou abĂźmer, pour ne pas provoquer de dĂ©gĂąts (je fais large et non dĂ©taillĂ©, schĂ©matique, volontairement !).

Le reste : « boire de l’eau », et peu importe l’eau, le thĂ© ou quoi, boire boire boire ! Pour Ă©liminer le produit qui n’a rien Ă  faire dans votre corps. Donc 24h, au moins, y veiller !

Et dĂšs la sortie ! Non non, vous avez le droit de rentrer chez vous et de commencer Ă  boire aprĂšs, hein ! Mais buvez plein, plein !

Rien de dramatique à cela, mais je vous donne en vrac quelques « contextes » à risques :

âžĄïž Les personnes insuffisantes rĂ©nales, car abĂźme les reins

âžĄïž Les personnes diabĂ©tiques (surtout celles qui prennent de l’insuline car plus sensibles avec les injections pour le soigner, glucomĂštre et co), car il peut le dĂ©rĂ©gler

âžĄïž Les personnes avec de gros soucis de thyroĂŻde, pour les mĂȘmes raisons…

âžĄïž Les personnes allergiques au produit (oui, on le sait souvent aprĂšs, vous me direz), etc.

🚰 En conclusion, TOUT LE MONDE BOIT aprĂšs, soif ou pas soif. Question de rĂ©flexe-moteur et de renvoi vers l’extĂ©rieur de l’organisme par… đŸ„Tadaaaaa ! đŸ„ L’urine ! đŸšœ

Les cas cités plus haut pourront, SELON LEUR SITUATION, passer une IRM ou se voir orienté.e.s vers une autre méthode pour étudier le cerveau, et se faire conseiller (prescrire ?) une eau chargée en sodium et bicarbonate, par ex.

Attention ! Pas de panique !

Vous ne passez pas d’IRM tous les jours et mĂȘme si l’intervalle est plus court quand il est suivi d’une dĂ©couverte de mĂ©ningiome et d’un traitement, vous n’allez pas devenir insuffisant.e rĂ©nal.e si vous aviez une prise de sang dans les taux usuels ! 🙂

MAIS BUVEZ DE L’EAU ! Un verre par-ci, un coup de gourde ou de bouteille par-lĂ , un verre Ă  bulles avec une rondelle de citron au bistrot, etc. Celles qui n’ont pas de pĂ©pins particuliers peuvent boire tout type d’eau, bulles, pas bulles, mais faites-le ! 😉

Source ici de la Société Française de Radiologie

Merci Ă  Sarah Cahlan pour le post sur le groupe Facebook de l’association et que je reprends ici.